A la suite des mesures prises par le gouvernement, près de huit pensionnés sur dix vont subir une perte de pouvoir d’achat de 700 euros en 2020.

Les retraités n’ont pas fini de se plaindre. Alors que 60% d’entre eux subissent déjà de plein fouet la hausse de 1,7 point de la CSG, près d’un sur huit va voir son niveau de vie baisser dans les prochaines années, révèle une étude de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) publiée le 27 septembre 2018. D’après cet institut qui dépend de Sciences Po Paris, 79% des pensionnés français vont en effet connaître une perte annuelle de pouvoir d’achat de 700 euros en 2020. A l’inverse, 21% des retraités vont percevoir 700 euros de plus dans l’année, toujours en 2020.

Ce qui fait une perte moyenne annuelle de pouvoir d’achat de 400 euros d’ici deux ans. Pour arriver à un tel résultat, l’OFCE a pris en compte les principales mesures socio-fiscales instaurées depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron. Or, si certaines sont favorables au portefeuille des aînés, d’autres sont pénalisantes.

Sous-revalorisation des retraites très pénalisante

Dans la première catégorie, on trouve l’exonération de la taxe d’habitation pour 80% des foyers, l’augmentation de 150 à 200 euros du chèque énergie (une somme destinée à aider les ménages modestes à payer leurs factures d’électricité et de gaz), la mise en place de la « flat tax » de 30% sur les placements, le remplacement de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) par l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) et la hausse de 100 euros de l’allocation de solidarité aux personnes (Aspa), le remplaçant du minimum vieillesse qui va être porté à 903 euros par mois pour une personne seule et à 1.402 euros par mois pour un couple en 2020.

Outre la hausse de la CSG, la seconde catégorie comprend la sous-revalorisation des retraites de base à 0,3% en 2019 et 2020, l’augmentation des prix du tabac et des carburants ainsi que la désindexation des aides au logement. Si les retraités percevant plus de 1.200 euros par mois de pensions vont en majorité bénéficier de l’exonération de la taxe d’habitation (pour un gain moyen de 570 euros), ils ne vont pas profiter de la revalorisation exceptionnelle de l’Aspa compte tenu de leur niveau de revenus, ni de l’augmentation du chèque énergie. En revanche, ils vont subir la désindexation des aides au logement (perte de 70 euros par an), la hausse de la CSG (moins 480 euros par an) et, surtout, la moindre revalorisation des retraites de base (moins de 720 euros).

Source : https://www.ofce.sciences-po.fr/blog/pouvoir-dachat-retraites-maltraites/

Pour découvrir toutes les solutions proposées par Predictis sur l’épargne-retraite, rendez-vous sur la rubrique retraite.