Près de 10% des médecins libéraux retraités continuent d’exercer, selon une étude du ministère des Solidarités et de la Santé.

Les médecins ne lèvent pas le pied, même à la retraite. D’après une enquête publiée le 13 décembre 2018 par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) qui dépend du ministère des Solidarités et de la Santé, 12.100 praticiens libéraux retraités travaillaient au 1er janvier de l’an dernier. Cela équivaut à presque 10% de l’effectif des médecins exerçant en libéral en France. Chez les médecins de plus de 60 ans, le pourcentage grimpe même à 27%.

En sept ans, la part des médecins retraités encore « actifs » a été multiplié par 2,7, souligne la Drees. Cette hausse résulte de la suppression du plafonnement du dispositif de cumul emploi-retraite (CER). Depuis 2009, les retraités bénéficiaires du CER peuvent cumuler sans limitation leurs pensions de vieillesse et un revenu d’activité à condition qu’ils disposent de tous leurs trimestres de cotisation au moment de leur départ à la retraite.

Plutôt un spécialiste parisien en secteur 2

Ce déplafonnement a suscité les vocations. Pour autant, la proportion des médecins en cumul emploi-retraite est très variable selon les spécialités. Ainsi, si 25% des psychiatres en activité au 1er janvier 2018 étaient des « cumulants », le ratio tombe à 6% chez les chirurgiens et les anesthésistes. Le lieu d’exercice compte également. Un médecin libéral sur cinq cumule emploi et retraite à Paris, contre un sur dix ailleurs en France.

Enfin, la Drees observe que le CER est moins fréquent chez les spécialistes conventionnés en secteur 1 (respectant les tarifs de consultation instaurés par l’Assurance maladie) que chez ceux conventionnés en secteur 2 (pratiquant des dépassements d’honoraires). Le pourcentage de « cumulants » chez les plus de 60 ans s’élève à 29% pour les premiers, contre 38% pour les seconds.

D’une manière générale, les médecins libéraux en cumul emploi-retraite sont à 46% des généralistes et à 54% des spécialistes. Au final, le montant cumulé de leurs pensions et de leur revenu d’activité atteint en moyenne 75.600 euros par an. Soit un niveau inférieur de seulement 30% à celui des médecins non retraités. Les praticiens poursuivent leur activité en moyenne les quatre années suivant leur départ à la retraite.

Source : https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/etudes-et-statistiques/publications/etudes-et-resultats/article/un-medecin-liberal-sur-dix-en-activite-cumule-emploi-et-retraite

Pour en savoir plus sur nos solutions d’assurance-vie et de retraite, rendez-vous sur la rubrique « Professionnels »  ou contacter l’un de nos conseillers Predictis