A partir du 1er janvier 2019, l’impôt sur le revenu sera bien prélevé, chaque mois, sur les salaires, les retraites ou encore les allocations chômage, a assuré le Premier ministre. Une avance plus importante et plus large que prévue va être instaurée pour certains crédits d’impôt.

Le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu (IR) sera bien mis en place. Alors que des rumeurs circulaient sur un report, voire un abandon, de cette réforme de la collecte de l’IR, le Premier ministre Edouard Philippe a déclaré le 4 septembre 2018 sur le plateau du 20 heures de TF1 qu’elle entrera en vigueur le 1er janvier 2019, comme prévu.

A compter de l’an prochain, l’impôt sur le revenu sera prélevé directement, tous les mois, sur les salaires des salariés, le traitement des fonctionnaires, les allocations chômage des demandeurs d’emploi, les indemnités journalières des assurés en arrêt de travail et les pensions de vieillesse des retraités. Ce sont respectivement les entreprises et associations, les employeurs publics (administrations, collectivités locales, hôpitaux…), Pôle emploi, l’Assurance maladie et les caisses de retraite qui prélèveront l’IR et le reverseront au Trésor public.

Plus de décalage

En ce qui concerne les travailleurs non-salariés (artisans, commerçants, chefs d’entreprise, professions libérales), l’Urssaf prélèvera un acompte, tous les mois ou tous les trimestres (selon le choix du TNS), sur le compte bancaire de l’indépendant ou du libéral. Avec cette réforme, il n’y aura pas, comme aujourd’hui, de décalage d’un an entre la perception des revenus et leur imposition. Cet écart dans le temps était particulièrement préjudiciable pour les contribuables qui subissaient une baisse de revenus suite à une perte d’emploi, un départ à la retraite ou une chute du chiffre d’affaires dans le cas des TNS.

Edouard Philippe a, par ailleurs, annoncé deux bonnes nouvelles pour les bénéficiaires de crédit d’impôt. Non seulement ils percevront un acompte en début d’année, mais celui-ci sera de 60% au lieu des 30% envisagés. Mieux : réservée à l’origine aux employeurs de salariés à domicile (garde d’enfant, aide-ménagère, jardinage…), cette « avance » est étendue aux contribuables effectuant des dons aux associations et fondations, aux cotisations syndicales etaux dispositifs d’investissements en outre-mer et en immobilier locatif, du type Pinel ou Scellier.

Source : https://www.tf1.fr/tf1/jt-20h/videos/edouard-philippe-l-impot-sera-bien-preleve-a-source-janvier-2019.html

Pour toute question concernant le prélèvement à la source, son mode de fonctionnement et  ses conséquences, contactez votre conseiller Predictis.