À compter de sa majorité, un enfant doit théoriquement déclarer ses revenus au fisc séparément de ceux de ses parents. Toutefois, ces derniers peuvent continuer, sous conditions, à le rattacher à leur déclaration et bénéficier ainsi de sa demi-part fiscale.

Chaque année, le dilemme se pose pour les parents d’enfants majeurs : faut-il ou non rattacher leurs jeunes adultes au foyer fiscal ? Pour bien comprendre, il faut savoir qu’à partir de ses 18 ans, un enfant doit remplir sa propre déclaration de revenu auprès de l’administration fiscale. Il n’est alors plus comptabilisé dans le foyer fiscal de ses parents. Il existe, toutefois, une option fiscale qui permet aux parents de rattacher leurs enfants à leur déclaration jusqu’aux 21 ans de ces derniers ou à leurs 25 ans s’ils suivent des études (il faut remplir les cases « J » ou « N » du cadre « D » figurant sur la déclaration fiscale). Ainsi, les parents continuent de bénéficier de la demi-part fiscale.

Un avantage plafonné

Pour rappel, les deux premiers enfants apportent, chacun, une demi-part et le troisième et les suivants, une part entière. La composition du foyer étant prise en compte dans le calcul de l’impôt sur le revenu. En effet, plus un ménage compte de parts fiscales et plus son imposition est réduite d’autant. Dans ces conditions, le rattachement apparait de prime abord plus favorable. La réalité est plus nuancée. Tout d’abord, il faut souligner que l’avantage fiscal est plafonné à 1551 euros par demi-part et à 3102 euros par part entière pour la déclaration 2019 portant sur les revenus perçus en 2018 (les plafonds sont revalorisés tous les ans).

Une simulation conseillée

Par ailleurs, en cas de rattachement, les éventuels revenus (job étudiant, stage rémunéré…) de l’enfant majeur doivent être intégrés à la déclaration des parents (case « 1RE personne à charge » ou « 2E personne à charge » figurant sur la déclaration fiscale). Enfin, le non-rattachement peut être plus avantageux si les parents versent une pension alimentaire au jeune. La pension pourra, en effet, être déduite de leurs revenus dans la limite de 5888 euros (pour la déclaration 2019). Pour déterminer quelle option est la plus intéressante, le mieux est d’effectuer des simulations grâce à l’outil disponible sur impots.gouv.fr. Attention : les parents qui décident de rattacher leur enfant majeur à leur foyer fiscal doivent l’indiquer, tous les ans, dans leur déclaration de revenu, sachant que l’âge du jeune pris en compte est celui qu’il a au 1er janvier de l’année de déclaration.